ACCUEIL MISSION CONSEIL D'ADMIN ACTIVITÉS LIENS UTILES NOUS JOINDRE

CLUB DE DANSE SOCIALE DE BEAUPORT INC

CHA-CHA MAMBO TRIPLE SWING JIVE MERENGUE SAMBA PASO DOBLE ROCK & ROLL
VALSE LENTE FOX TROT QUICK STEP TANGO VALSE VIENNOISE


ACCUEIL

10 JUILLET  2019

Par  Guy Lacasse

Nombre de visiteurs


Free website hit counter
PROFESSEURS MEMBRES PUBLICITÉ PHOTO-VIDEO TRAJET HISTORIQUE DANSES

CLUB  DE  DANSE  SOCIALE  DE  BEAUPORT INC    CDSB

ACCUEIL MISSION CONSEIL D'ADMIN ACTIVITÉS LIENS UTILES NOUS JOINDRE


ACCUEIL

Le Triple-Swing

Il faut pour comprendre ce vocabulaire et exprimer son succès,

plonger dans le passé avec un bond de 60 années en arrière.À l 'origine,

on a désigné sous le nom de «  Jazz  », en Amérique du Nord,

des danses qui appartenaient à la même famille et qui se nommaient :

Jitterbug - Lindy Hop Jerrybug - Boogie Woogie - Bee Bop - et ce qu'on désigne

actuellement sous le nom de« Rock & Roll ».

L'effet magique de cette danse sur les jeunes

peut s'expliquer simplement de la façon suivante: si, à travers ses changements

d'appellations, elle a subi avec succès l'épreuve du temps, c'est qu'elle avait un

support musical d'un grand retentissement : la musique Jazz.


Comment et quand la musique Jazz a -t -elle commencée?

Ce qu'on peut affirmer c'est qu'elle fut en gestation aux U.S.A.

dans les années 1920, une bonne décennie avant son arrivée en Europe et

que son origine incontestée est noire. La caractéristique fondamentale

de la musique jazz est dans l'accent qui est placé non pas sur le

«  1  » et le «  3  » mais sur le «  2  » et le «  4  »:

«  after beat  » comme disent les Jazzmen, un style qui vient primitivement des

rythmes africains. Ce que l'on peut traduire différemment par rythmes syncopés.

Dans des temps éloignés existaient exclusivement chez les Noirs américains des musiques

désignées sous le nom de « Blues  » (souvent vocales) ou «  Rythm and Blues  »

ou encore « Boogie Woogie ».


Quelle belle histoire que celle de cette appellation de Boogie Woogie.

Car ce mot fait penser infailliblement au terme de « Boogie »,

essieu de wagon avec 2 roues à ses extrémités. Y aurait-il un rapport entre les deux ?


En fait, c'est bien de cela qu'il s'agit. Les Noirs récemment affranchis et libres de leurs

mouvements étaient trop pauvres pour acquitter le prix des billets de chemin de fer et

voyageaient en fraude, cachés sous le plancher des wagons, accrochés aux

Boogies. La musique des roues sur les rails scandait toujours le même bruit,

le même refrain. La transposition musicale se fit par le truchement de

leur imagination : le Boogie Woogie était né. Ces musiques,

d'avant-garde pour leur époque, connurent un succès extraordinaire et immédiat

dans toute l'Amérique et furent distribuées sous l'étiquette de « Race records  »,

ce qui signifie Musique pour les Noirs. Mais, en fait, leur succès fut

général et débordant largement sur toute la population américaine, apportant la

notoriété, sinon la richesse à ses musiciens novateurs.

À titre d'exemple, il faut savoir que Louis Amstrong était déjà célèbre en 1933.

Ce n'était pas à proprement parler une musique spécifique, mais une façon d'interpréter

le jazz des premiers temps, un style en quelque sorte. Cette musique était vraiment

faite pour la danse plutôt que pour toute autre chose.


Les rétrospectives du Rock

mettent souvent en avant la structure originelle du Blues dont le chorus

comprenait presque toujours douze mesures, alors que beaucoup de partitions de

Jazz et de variétés sont écrites sur la base de 32 mesures.

Cela change-t-il quelque chose au Rock & Roll en tant que musique ?

Non, puisqu'il s'agit avant tout de l'interprétation qu'en donnent les orchestres.

Pour nous, danseurs, considérons le problème sous l'angle de la musique de danse.

Deux styles émergent et s'imposent : d'une part le Boogie Woogie traditionnel et

caractérisé par la séquence ``croche pointée, double croche`` dont le chorus comprend

les 12 mesures du « Blues ».Le Boogie et le Rock ont une caractéristique

commune : contre - temps « After Beat », très accentué par la batterie sur

des chorus de 12, 16 ou 32 mesures.